« Gueule de bois » BIS,

Oui ! Après un débat, intense et houleux au conseil municipal de Luz hier soir, l’analyse est claire, Monsieur le Maire de Luz n’est quasiment pas intervenu, laissant au passage les conseillers municipaux de la majorité sonner la charge en détournant le sujet principal et en

utilisant des arguments d’un autre âge (remontée lourde, réunion publique, pas de référendum en 2013, etc…). On peut ici s’interroger.
Le Maire de Luz n’a plus la main ?

Laisse t il la place aux idées extrémistes de ses conseillers municipaux?
Qui dirige Luz ?
Le maire d’Esquièze, Madame Sagnes ?
Bref, qui d’autre que Laurent Grandsimon, Maire de la commune de Luz, à la solution à cette impasse ?
En faisant la sourde oreille aux  tentatives de négociation, proposées les semaines précèdent le conseil municipal, par l’opposition, Monsieur le Maire nous montre qu’il n’a plus la main mise sur la situation, plus grave encore, il cautionne un comportement suicidaire qui nous conduira, à la banqueroute.

 Les élu(e)s et grands responsables politiques sont unanimes à ce sujet, ils nous l’ont confirmé lors de nos échanges téléphoniques multiples.

Le 15 juin, les banques seront en mesure de nous demander le remboursement des annuités d’emprunts non payées et de solliciter les cautions, qui sont pour partie les communes du S.I.V.O.M et le conseil départemental.
Oui ! Ce sont vos impôts qui paieront et cela vos élus n’en parlentpas, trop occupés qu’ils sont, à essayer de trouver des raisons dans le passé, ne voulant pas admettre qu’ils se sont à l’époque trompéset vous ont trompé.

Enfin,  nous dirons ici, à Monsieur le Maire d’Esquièze, Patrice Vuillaume, qu’il peut raconter aux habitants de sa commune que c’est en 2007, que la participation de sa commune est passée de 150 000 euros à 300 000 euros.

Un mensonge de plus, il n’habitait certainement pas la belle commune d’Esquièze-Sère en 1995 pour savoir que c’est cette annéelà, que la participation des communes fut renégociée, pour soulager à l’époque la commune de Sazos qui ne pouvez plus en ce temps là, assumer sa quote-part. Et que oui il y a eu des augmentations car le montant est calculé sur le potentiel fiscal de chaque commune sachant que Luz-Saint-Sauveur prend 10% de plus que sa participation normale

Il y avait auparavant, Monsieur le Maire, une solidarité, une cohésion dans les décisions, au sein du SIVOM de l’Ardiden qui fait défaut aujourd’hui.

La non délibération, voulue par les conseils municipaux d’Esquieze-Sére, de Luz saint Sauveur et de Sassis montre bien la division qui règnent au sein du Sivom de l’ardiden, de nos jours.

Saluons au passage les élus des communes de Sazos, Grust et Cauterets pour leur lucidité et leur prise de responsabilité face à une situation délicate.

Ils donnent  à travers leurs délibérations positives, au projet, soumis par la sous préfecture, un peu d’espoir en l’avenir, face à ceux qui veulent nous conduire au désastre. 

Luz au cœur.

Gueule de bois

Au lendemain de ce conseil municipal, qui aurai dû être un nouveau départ pour notre station, le maire a décidé de ne pas faire voter la délibération émise par la préfecture sur l’étude de fusion des régies d’espace Cauterets et Luz Ardiden.
Ce choix est grave car il met tout simplement en péril la vie de luz ardiden.
En effet par le non remboursement d’une partie des emprunts, on est exposé à un appel des cautions, par les banques, notamment le SIVOM de l’Ardiden donc les 5 communes.
Dire : « Que les banques acceptent de renégocier la dette après nous travaillerons à la fusion» n’est pas responsable
Où est la confiance quand vous ne votez pas. Les banques ne sont pas dupes .

On est en danger

 

RE CONSEIL

LE POINT N°11 DU CONSEIL MUNICIPAL CONCERNE L’AVENIR DE LA STATION

COMME NOUS L’AVONS DIT LORS DU DERNIER CONSEIL NOUS SOMMES PRÊTS A SOUTENIR LE PROJET DE DELIBERATION DE LA SOUS-PREFECTURE.

Le maire n’a pas l’intention de faire voter la délibération

Par cet acte, nous allons droit vers la fermeture de la station, l’appel des cautions par les banques pour les emprunts non remboursés et surtout la mise sous tutelle de la commune avec pour les contribuables des impôts supplémentaires

Nous sommes otages de personnes irresponsables.

Le 18 à 18h30 soyez nombreux à venir au conseil municipal notre avenir est en jeu mobilisez vous

Conseil municipal

Le prochain conseil municipal public se déroulera :

Mercredi 18 avril 2018

a 18h30

salle du conseil municipal Mairie de Luz Saint-Sauveur

Ordre du jour :

 

  1. Vote des taux de fiscalité
  2. Constitution d’une provision BP 2018
  3. BP commune et BP associés
  4. RPQS Assainissement
  5. RPQS Eau
  6. Cautionnement et PEC prêt rénovation thermique Maison de la Vallée
  7. RH : Tableau des emplois saisonniers Commune
  8. RH : modification tableau des effectifs suite résultat CAP
  9. Mise à jour Numerus
  10. Thermes : avenant marché baignoires lot n°3
  11. Luz/Cauterets

Pour ceux qui n’ont pas facebook

Retour sur ce dimanche de Pâques qui restera une triste journée pour l’image de LUZ ARDIDEN

Vraiment cette station et ses employés ne méritent pas ça

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain toujours Facebook le directeur (sans commentaire ou plutôt à vous de vous faire votre opinion)

CONSEIL MUNICIPAL

Le prochain conseil municipal public se déroulera :

Mardi 03 avril 2018

18h30

salle du conseil municipal Mairie de Luz Saint-Sauveur

Ordre du jour :

 

  1. RH : détachement fonctionnel poste DGS
  2. Finances : modification convention fourniture eau Esquièze-Sère
  3. Thermes : approbation comptes administratifs 2017
  4. Thermes : affectation du résultat 2017
  5. Thermes : tableau des emplois saisonniers
  6. Thermes : avenant au marché « SSI » bureau d’études 3CSI
  7. Thermes : avenant au marché « remplacement des baignoires » SOMETHY Lot 2A
  8. Finances : approbation des comptes administratifs 2017 et affectation des résultats
  9. Finances : approbation des comptes de gestion 2017
  10. Mandatement SIVOM Energie pour renégociation marché centrale « Réserve Rapide »

LUZ ARDIDEN TRISTE

Triste Dimanche pour LUZ ARDIDEN. Alors que le soleil brille, des conditions de skis exceptionnelles,

Eh bien, nous faisons beaucoup de mécontentement et de colère chez nos clients

Par manque d’anticipation jour de galère pour nos clients

Route pas dégagée chaîne obligatoire, mais pas d’info

Parking à 9h30 voir photo

Bref journée d’apothéose pour cette saison calamiteuse

VRAIMENT SI ON VOULAIT  LA MORT DE LA STATION, ON NE SI PRENDRAIT PAS AUTREMENT

On pense fort à nos employés sur le terrain qui vivent une journée d’enfer

 

 

Luz Ardiden

MOBILISEZ VOUS ! LES SEMAINES qui arrivent vont engager l’avenir de notre territoire !

En attendant les chiffres définitifs qui sont catastrophiques, en attendant les commentaires qui s’imposeront  et que nous vous livrerons très prochainement, nous vous invitons à relire le document que nous avions publié le 14/11/2016 et qui a été distribué dans les boîtes à lettres  à cette même période !

Il s’agissait de répondre au bulletin municipal de la majorité actuelle!

Pourquoi nous exhumons ce document,  tout simplement parce qu’il faisait état de notre légitime inquiétude, parce qu’il reflétait la réalité de la situation de notre station  qui s’est continuellement dégradée.

Comme toujours, nous n’avions rien caché et simplement dit la vérité!

Ce n’est pas le cas de tout le monde !

COMMENT PEUT ON DURABLEMENT CLAMER  QUE LE DEFICIT BAISSE  LORSQU’ON NE PAIE PAS LES EMPRUNTS ET QUE LE NOMBRE DE JOURNEES EN FORTE BAISSE NOUS FAIT PERDRE PLUS D’1 million d’€

LUZ ARDIDEN : bilan positif… ].

Il fallait véritablement oser un titre pareil devant la faiblesse des résultats engendrés par notre station de ski durant les hivers 2014/2015 et 2015/2016. Chiffre d’affaires passé de 4.3 millions à 2.7 millions. Journées skieurs : 41218 journées ski en moins soit 25% de baisse en deux ans Jugez par vous-même de l’irresponsabilité du Président du SIVOM de l’Ardiden et Maire de Luz qui s’accorde un satisfecit global devant la médiocrité des résultats obtenus. Quelques généralités de bon sens et voici le sort de notre station (poumon économique de notre ville) réglé en quelques lignes. Il y aurait pourtant tant à écrire. Le désastre de 2 ans et demi de gestion par un directeur recruté sur ses prétendues qualités charismatiques qui s’est révélé à l’usage être une catastrophe. Une politique commerciale sans ligne directrice obéissant aux soubresauts fantasques d’un directeur mégalomane. Un office de tourisme à feu et à sang où les meilleures volontés se sont découragées devant tant de mépris et de négligence de la part des élus responsables. Des indemnités de départ pour un directeur mal choisi qui n’ont jamais pu être connues. Des contentieux incessants avec des salariés de l’OT en raison de la méconnaissance totale du droit de travail de Madame la Présidente Des négociations avec nos voisins de Cauterets en panne sèche puisque l’idée lumineuse du Président du SIVOM consistait à se débarrasser au plus vite de la gestion encombrante de Luz Ardiden pour la refiler à nos proches voisins. Comment dans ce contexte pourrait-on croire qu’une véritable réflexion est engagée avec nos voisins cauterésiens. « Le ver est dans la pomme… » Mais non, nous ne venons pas vous conter des histoires de ver et de pomme. Nous avons malheureusement bien plus sérieux à traiter ici. Il est pourtant bien en place et, si ça continue ainsi, la situation va finir par complètement pourrir, car notre station de Luz-Ardiden est désormais à l’article de la mort ! Au long terme, une seule solution viable Combien de fois nous faudra- t-il revenir sur les faits. Rien que des faits pourtant facilement vérifiables. La pédagogie se devant être l’art de la répétition, il nous faut ici rappeler une énième fois que notre station de Luz-Ardiden a toujours eu un déficit STRUCTUREL, c’est-à-dire qu’il y a tous les ans un solde négatif même quand on ne tient pas compte de certains effets conjoncturels (ex : saison avec un faible enneigement). Selon l’année, le déficit oscille entre 500 000 € et 800 000 €, mais le SIVOM de l’Ardiden a toujours pu compter sur ses communes membres pour l’assumer, en responsabilité et en toute connaissance de sa nature permanente. Situation notoire pour ceux qui ont à gérer de tels outils touristiques ailleurs en France et pour laquelle nous avons, en notre temps, alerter les plus hautes autorités, Comité de massif, Matignon… Situation connue aussi de tous ici, sauf peut-être de M. Grandsimon qui semblait découvrir en 2010 ce déficit (700 000 € cette année- là) et l’assimilait à un aléa conjoncturel susceptible de ruiner la commune de Luz. Amalgame récurrent dont il nous a abreuvés à l’envi, des années durant, désinformant ainsi nos administrés. Le plus triste, c’est qu’il y a eu quelques autres pour le croire ; et même des élu(e)s en campagne pour le répéter. Ce qui est vrai, c’est qu’en plus de ce déficit structurel, il nous a fallu absorber les dotations aux amortissements suite aux préconisations de la Chambre régionale des comptes (CRC), faisant passer la charge à couvrir de 900 000 € à 1.500 000 € (+ 72% pour Luz !). Quand il s’est agi d’y faire face, il nous a fallu imaginer une solution durable. Alors que la bande d’Ecocitoyens a toujours été prompte à reprendre à son compte les rapports de la CRC, elle ne semble pas avoir été sensible à ses conclusions lorsque celle-ci a préconisé, comme nous, une mutualisation de notre station avec la station voisine. Cette démarche de mutualisation, nous l’avons engagée officiellement sans attendre dès 2005 avec Cauterets. Que de critiques à propos de ce rapprochement stratégique ! Un ramassis d’inepties qui ne nous a pas empêchés d’avancer vers une direction générale partagée, un service commercial unique, une direction financière commune, un qualiticien mutualisé… et même le travail concerté de nos agents de développement. Ne restait plus qu’à définir une politique commerciale et mettre en place la bonne gouvernance… mais… Mais inutile d’être Luzéen pour savoir ô combien l’équipe de M. Grandsimon en a fait son thème principal de campagne. A bas ! A bas la liaison avec Cauterets ! Oyez ! Oyez ! Concours de patate chaude en 2 actes Qu’ont donc fait M. Grandsimon & Co depuis qu’ils ont le destin de Luz entre les mains ? Incapables de gérer la situation, en seulement 2 ans, ils ont inéluctablement enseveli la station avec une baisse de 25 % de fréquentation et près de 1 500 000 € de chiffre d’affaires en moins! Un gouffre béant ! Allez savoir si c’est dans un élan de lucidité sur leur incapacité à redresser la barre, ou si c’est par simple fuite en avant, que la petite bande lumineuse s’est mise en tête de refiler la patate chaude au premier venu. Acte 1 – Par ici la bonne soupe ! La solution des solutions avait été claironnée pendant la campagne : notre salut viendrait d’une horde de cars remplis d’Anglais assoiffés d’or blanc luzéen. Sonnez la charge, on refait toute la déco ! Bilan des courses, ils ont carrément zappé tout ce qui avait été contractualisé avec les Espagnols, et aucune horde de bus en vue. Du coup, délire pour délire, M. Grandsimon n’a eu de cesse de vouloir vendre notre station au plus offrant. Notre VRP candidat au suicide n’a pas ménagé sa peine à refiler cette patate chaude aux Andorrans, ou à la Compagnie des Alpes, ou encore à Altiservice… etc. En vain ! Point de DSP, ouf ! Acte 2 – Sous la robe de la mariée, une belle dot ! La dernière en date fut cette idée funeste de la donner à la nouvelle grande communauté de communes, c’est-à-dire refiler le bébé au 1er janvier 2017, et avec l’eau du bain, s’il vous plaît. Le « Coup de maître » selon M. Grandsimon, flairant le bon air d’une faille juridique, ou plutôt le « putsch » pour ceux qui découvraient la dot à se farcir, fut sur le point de réussir… d’autant que les maires du Pays Toy avaient été endormi avec une histoire de passe-passe improbable – surtout illégal – leur promettant de récupérer le bébé si jamais il y avait un éventuel « retour à l’envoyeur ». Stoppée in extremis, l’idée est morte dans l’œuf quand Alain LESCOULES et Guy LONCA ont ouvert les yeux des délégués communautaires. Au 1er janvier, il nous faudra tout de même faire travailler en confiance 47 communes… bon courage aux délégués venus du Pays Toy ! Seul point positif : certains ont pu enfin prendre conscience de la fiabilité du personnage. Entracte – Et si je vous la faisais à l’envers !? Ah oui, il ne faudrait pas oublier l’entracte. Entretemps, la majorité actuelle, dans un éclair de génie, s’est soudainement lancée dans un « nouveau projet » : faire la liaison Cauterets-Luz. Allez ! Tambours et trompettes, pleines pages dans la presse complice, pour (re)lancer la liaison Cauterets-Luz. Mais si, on vous dit que c’est un « nouveau projet ». Rien à voir avec la liaison Luz-Cauterets que nous étions sur le point de finaliser en 2013. Vous savez « blanc bonnet » et « bonnet blanc », ce n’est pas la même chose ! Chacun s’est fait rapidement une opinion sur le caractère « nouveau » de ce projet. Tellement risible ! (Re) lancée de façon dithyrambique, l’affaire a fait pschitt ! Rien sur les écrans radars depuis près de 10 mois. Pourtant il en aurait fallu des réunions pour mener à bien l’affaire jusqu’à son point final. Ce n’est pas nous qui le disons, mais M. Grandsimon lui-même dès 2007 : « ce premier pas ne servira à rien si il n’est pas suivi de nombreuses rencontres entre les politiques des deux communes et de beaucoup de communication dans les deux vallées ». La patate, désormais, est sûrement trop chaude. A Cauterets les élus continuent leur travail sérieusement, mais seuls. L’étude que vient de restituer le cabinet Contours en est la preuve car ils reconnaissent avoir dû faire leur analyse avec les seuls chiffres cauterésiens ! Leurs contacts luzéens se sont évaporés dans la nature. On rêve éveillé ! Tous les voyants sont au rouge et le pilote laisse plonger l’avion. Notre VRP candidat au suicide est redoutable d’efficacité ! Pour l’avenir de notre station, il faut agir vite ! Nous n’avons cessé de vous alerter sur l’évolution de la situation pour notre station. Son avenir est de plus en plus compromis. Il est urgent d’agir. On nous dit « revanchards », « subjectifs »… ou d’autres noms d’oiseaux, mais toujours de mauvais augures. Nous sommes, tout au contraire, lucides pour avoir eu à conduire les destinées de notre station. Elle est notre poumon économique ; un patrimoine hérité de nos aînés auquel nous tenons plus que tout. Sans elle, la vallée de Luz serait morte ; d’où l’enjeu à nos yeux. C’est pourquoi nous enjoignons la majorité municipale à se ressaisir. Il est temps que l’équipe de M. Grandsimon ravale sa morgue et se retrousse les manches pour reprendre notre beau projet de liaison avec Cauterets. La tâche est loin d’être impossible, même si pendant trois années ils n’ont fait qu’affaiblir notre position ; à condition de ne pas attendre plus longtemps que la situation devienne irréversible. Sur ce point, nous redoutons fort les prochaines préconisations de la Cours régionale des comptes : la fermeture de la station plane désormais sur nous comme une épée de Damoclès. Alors, il n’y a pas 36 solutions ! Il faut mobiliser les élus concernés, y compris nos élus départementaux et régionaux, pour concrétiser au plus vite la fusion avec Cauterets. Il nous faut aussi nous appuyer sur la solidarité des communes du Pays Toy qui ont réaffirmé récemment leur attachement à la station de Luz-Ardiden. Pour ceci, il faut être présent, acteur et même leader dans la concertation à engager avec tous. Nous croyons en la force de la volonté politique. Cette force doit être mobilisée pour sauver notre station : la liaison avec Cauterets étant la seule et unique solution d’avenir pour faire face à notre déficit structurel. Nous nous engageons ici à participer à cette aventure si toutefois la majorité actuelle se décide à en prendre le chemin. La première étape urgente à réaliser est de déposer la demande d’UTN auprès des services de l’Etat. Elle était promise par la majorité pour l’été 2016 ; au vu du laxisme ambiant, c’est plutôt mal parti. Le ver est dans la pomme, il nous fallait vous le dire, mais tout n’est pas perdu si, tous ensemble, nous travaillons à unir les stations de Luz et de Cauterets. Notre volonté reste intacte et n’a pas changé au gré du vent